mains
magazines
Historique | Equipe de coordination | Missions | Partenaires | Prise en charge | Valeurs | Charte

Démence & maladie d'Alzheimer

L'exposition professionnelle aux pesticides est associée à un risque environ 40% plus élevé de développer une démence ou une maladie d'Alzheimer, selon une étude américaine publiée dans Neurology.
imprimer

Source : APM International

 

Les pesticides organophosphorés et organochlorés inhibent l'acétylcholinestérase au niveau des synapses et peuvent donc avoir des effets à long terme sur le système nerveux, soulignent le Dr Kathleen Hayden du Duke University Medical Center à Durham (Caroline du Nord) et ses collègues.

 

Ils ont étudié 3.084 personnes de 65 ans et plus, non démentes au départ, résidant dans la communauté agricole de Cache County (Utah), qui ont rempli un questionnaire détaillé sur leurs antécédents professionnels et en particulier leur exposition professionnelle aux pesticides. Leur état cognitif a été évalué au départ et après trois, sept et 10 ans.

 

Au total, 572 personnes avaient été exposées aux pesticides professionnellement et 500 ont développé une démence, dont 344 cas de maladie d'Alzheimer.

Après ajustement en fonction de l'âge au départ, du sexe, du niveau d'éducation, du statut vis-à-vis de l'allèle APOE4 et des scores de départ sur l'échelle MMSE, le risque de démence s'est avéré significativement augmenté de 38% et le risque d'Alzheimer de 42% chez les personnes exposées.

 

Pour la maladie d'Alzheimer, le risque était significativement augmenté pour l'exposition aux pesticides organophosphorés, de 53%, tandis que pour les pesticides organochlorés, l'augmentation du risque était à la limite de la significativité statistique.

 

"Ces résultats s'ajoutent à une littérature maigre mais grandissante suggérant que l'exposition aux pesticides peut avoir des effets délétères à long terme sur le système nerveux, augmentant ainsi le risque de maladie d'Alzheimer plus tard au cours de la vie", concluent les auteurs.

Ils suggèrent que les travaux épidémiologiques ultérieurs se concentrent sur des types spécifiques de pesticides et sur l'intensité de l'exposition afin de caractériser complètement l'association potentielle avec la maladie d'Alzheimer.

 

Des études toxicologiques devraient également aider à élucider le mécanisme biologique derrière cette association.

 

contact | mentions |  conception keeo copyright © Tous droits réservés REPER'Age
Réseau de santé gériatrique REPER'Age - Avenue Désandrouin - CS479 - 59322 Valenciennes cedex
Tel : 03 27 14 00 98